Laisser les feuilles (et les tiges !) : A Bee City Canada objectifs

laisser les feuilles

Laisser les feuilles (et les tiges !) : A Bee City Canada objectifs

L'automne est de nouveau arrivé, annoncé par la danse annuelle des feuilles rouges, jaunes et oranges. Pour beaucoup, cela signifie qu’il est temps de sortir le râteau et de ranger le jardin avant l’hiver. Cette pratique est depuis longtemps une norme dans le jardinage, même parmi ceux qui jardinent intentionnellement pour attirer les pollinisateurs au printemps et en été. Bien que ratisser les feuilles, couper les têtes de graines ou les tiges des plantes à fleurs et les mettre en sac pour les ramasser puisse sembler la bonne chose à faire, ces pratiques perturbent les populations de pollinisateurs très indigènes que beaucoup d'entre nous tentent de soutenir.

Alors que certaines espèces de pollinisateurs, comme le célèbre papillon monarque, migrent pour éviter le froid, la grande majorité des espèces de pollinisateurs indigènes hivernent près de chez elles. En effet, de nombreuses espèces de pollinisateurs indigènes hivernent sous et dans le matériel végétal, comme sous les feuilles mortes et autres couvertures végétales, et dans les tiges mortes. De nombreuses espèces de papillons et de papillons de nuit, par exemple, hivernent à l'intérieur ou sous la couverture foliaire, sous forme d'œufs, de chenilles, de pupes ou d'adultes. Les reines des bourdons – y compris le vulnérable bourdon à bandes jaunes – hivernent souvent sous terre, leurs feuilles fournissant une couche d’isolation supplémentaire indispensable. On sait même que les abeilles solitaires, qui peuvent être très petites, hivernent à l’intérieur des tiges de plantes mortes. Au-delà des pollinisateurs hivernants, de nombreux animaux bénéficient des feuilles et autres matières végétales laissées, notamment les oiseaux, les mammifères, les amphibiens, les reptiles et d'autres insectes. Le sol bénéficie également grandement du matériel végétal laissé ; à mesure que la matière végétale se décompose, elle fournit au sol les nutriments indispensables, qui soutiennent les plantes qui repousseront au printemps et, par conséquent, les animaux qui se nourriront de ces plantes.

L’abandon des feuilles, des tiges et d’autres matières végétales peut sembler évident dans les zones naturelles, où cela se produit depuis des millions d’années. Comme l’écrivait Aristote, « la nature ne fait rien inutilement ». Les animaux ont évolué au fil du temps au rythme de la chute des feuilles et dépendent désormais des feuilles de multiples façons. Il est important de prendre en compte cette perspective alors que nous essayons de soutenir la faune dans nos propres cours. Dans le seul but de soutenir la faune dans nos cours, nous cultiverions une communauté diversifiée de plantes indigènes et laisserions le matériel végétal intact pour apporter de la valeur aux animaux et au sol en tant que paillis. Toutefois, pour beaucoup d’entre nous, soutenir la faune est un objectif important, mais ce n’est pas le seul. uniquement but; En plus des zones d'habitat, beaucoup d'entre nous aiment également entretenir le gazon pour soutenir les animaux de compagnie et les activités. Alors qu’une fine couche de feuilles peut être bénéfique pour le gazon, une couche épaisse peut être préjudiciable.

Même si, dans l’ensemble, nous recommandons de remplacer autant de gazon que possible par des plantes indigènes et de les laisser intactes pendant les mois d’automne, nous reconnaissons que de nombreuses personnes continueront à entretenir du gazon. Quelle que soit la quantité de gazon que vous entretenez, vous pouvez faire une différence significative pour les pollinisateurs et les autres animaux en laissant autant de matières végétales que possible. Voici nos recommandations si vous souhaitez rejoindre le mouvement « Leave the Leaves » cet automne :

  • Si votre jardin est entièrement constitué de gazon et qu’une fine couche de feuilles est tombée, envisagez de laisser les feuilles telles quelles. Une fine couche de feuilles n’endommagera pas l’herbe.
  • Si votre jardin est entièrement constitué de gazon et qu'une épaisse couche de feuilles est tombée, envisagez de les étaler ou de les déplacer ailleurs, plutôt que de les mettre dans un sac. Cela soutiendra les pollinisateurs hivernants.
  • Si vous avez du gazon et un jardin indigène et qu'une épaisse couche de feuilles est tombée, envisagez de déplacer les feuilles du gazon vers le jardin. Une épaisse couche de feuilles fournira un paillis précieux et profitera au jardin à mesure qu’il repoussera l’année prochaine.
  • Si votre jardin ne contient pas de gazon, envisagez de laisser les feuilles et autres matières végétales intactes afin de mieux soutenir le sol et les pollinisateurs hivernants.
  • Faites attention aux feuilles malades et retirez celles que vous trouvez, car elles peuvent avoir un impact négatif sur les plantes l'année suivante.
  • Même si vous êtes déterminé à laisser les feuilles mortes, n’oubliez pas d’enlever les feuilles des trottoirs pour empêcher les gens de glisser dessus. Pensez à déplacer toutes les feuilles du trottoir vers votre jardin.
  • N'oubliez pas de laisser les feuilles et autres matières végétales jusqu'au printemps, lorsque les températures sont constamment supérieures à 10 ℃, pour vous assurer que les pollinisateurs hivernants ont eu la chance d'émerger en premier.
  • Partagez l’importance de laisser les feuilles avec vos amis et votre famille, afin que chacun comprenne l’importance de cette action pour les pollinisateurs et les écosystèmes.

De nombreuses villes et communautés apicoles à travers le Canada ont pris des mesures pour encourager les résidents à laisser les feuilles et autres matières végétales pour soutenir les pollinisateurs hivernants. Nous vous encourageons, que ce soit en tant que municipalité, campus, école ou particulier, à laisser les feuilles et autres matières végétales pour soutenir les pollinisateurs cette saison, à une époque où chaque petit geste compte !

Bee City Canada Blog

Derniers Articles

Abeilles

Le rôle vital de l’asclépiade pour les papillons et les pollinisateurs

Alors que les chaudes journées d’été cèdent progressivement la place aux fraîches matinées d’automne, une transformation remarquable s’opère dans notre monde naturel. C'est pendant cela...
En savoir plus →
Pas de tonte en mai
Actualités

Pas de tonte en mai : A Bee City Canada Perspective

No Mow May est une initiative qui a été popularisée pour la première fois par Plantlife, une organisation caritative de conservation basée au Royaume-Uni, et elle est maintenant largement connue et a participé...
En savoir plus →